Aung San Suu Kyi, le site français d'information et de soutien
Aung San Suu Kyi.fr

L'EDITO

Aung San Suu Kyi et la tombe n°135 du cimetière de Gwangju

5 Février 2013



Aung San Suu Kyi et la tombe n°135 du cimetière de Gwangju
Il fait froid et gris ce matin du 31 janvier 2013 en Corée du Sud. Aung San Suu Kyi, au bord des larmes, toute vêtue de gris, se tient bien droite devant la petite tombe de Cho Mi-ae. Le silence est lourd et pesant. Derrière elle, les officiels sud-coréens sont comme figés et personne n'ose dire mot.

C'est elle qui a voulu venir.

Tenir des conférences, sourire à tous, serrer des mains et poser à côté des Présidents lors de ses voyages internationaux, d'accord! Elle s'y prête toujours avec bonne grâce, politesse et élégance. Cela fait parti de son job, de sa mission. Et c'est ce qu'elle a fait aussi ici, en Corée du Sud, invitée par la toute récente Présidente Park Geun-hye.

Mon coeur et mon corps tremble...

Mais il y a également certaines choses qu'elle exige à chacun de ses déplacements. Parce que c'est essentiel pour elle. Comme visiter la Maison de Victor Hugo à Paris, un de ses écrivains préférés et le militant le plus acharné contre la peine de mort. Comme aller jeter une brassée de pétales de roses, en Inde, sur le Mémorial de Gandhi, son "maitre“ en résistance non-violente. Ou comme aller se recueillir, en Corée du Sud, au cimetière de Gwangju, sur la tombe de cette jeune femme de 23 ans, enceinte de 8 mois, abattue par la junte coréenne de l'époque, en mai 1980, comme 200 autres militants pro démocratie.

“Mon coeur et mon corps tremble”, glisse Aung San Suu Kyi à Cho Maung, un membre de la Ligue Nationale pour la Démocratie de Corée, qui se tient à ses côtés.

Elle repense à toutes ces terribles années en Birmanie où des milliers de démocrates ont été arrêtés, torturés, incarcérés ou tués.

Ce n'est pas si loin finalement! Cela ne fait guère plus de 2 ans qu'elle a été libérée après plus de 15 années de prison et de résidence surveillée.

Que de chemin parcouru en si peu de temps! Et que d'efforts permanents, de mobilisation, de négociations, de stratégie, de patient travail de pacification et de reconstruction!

Des faucons de l'ex-junte

Pourtant, il reste encore tellement à faire! Tout est si fragile! Elle fait tout ce qu'elle peut. Le maximum de ce qu'elle peut. Avec toutes celles et tous ceux qui croient en elle et en eux, et veulent construire, ensemble, un monde meilleur rejetant définitivement l'ancien aux poubelles de l'Histoire!

Ah, ici et là, certains trouvent que ce n'est pas suffisant et émettent des critiques! On aimerait bien les y voir!

Comme s'il suffisait de claquer des doigts pour changer du jour au lendemain un pays économiquement exsangue, pacifier en deux temps trois mouvements une nation morcelée en 7 états et 135 ethnies, et faire changer tous les textes de lois avec une Assemblée nationale encore composée à 80% de militaires!

Des militaires dont on ose à penser que la majorité se fait, peu à peu, de bonne ou mauvaise grâce, à l'idée que la Birmanie est en train de changer de voie. Mais dont on peut aussi se demander légitimement si une minorité d'entre eux, faucons de l'ex-junte, ne va pas tenter, par des voies autres qu'électorales, en attisant les haines ici et là, à barrer le chemin de la Présidence de la République en 2015, à la première femme - résolument démocrate de surcroit! - qui va briguer ce mandat en étant largement en mesure de le remporter!

Oui, même si la Birmanie avance aujourd'hui à pas de géant et si son réveil spectaculaire nous donne du baume au coeur, vigilance, prudence et soutien permanent à Aung San Suu Kyi et aux démocrates birmans restent plus que jamais de mise! Afin que le peuple birman - tout le peuple birman, quels que soient son ethnie, sa religion ou ses croyances - puisse enfin vivre en paix et en harmonie. Et que l'on n'ait plus jamais besoin de creuser des tombes - comme la n°135 du cimetière de Gwangju - pour y enterrer des femmes et des hommes qui demandaient seulement, et pacifiquement, le droit de vivre libres et heureux.


Pierre MARTIAL - Ecrivain-journaliste
Président de France Aung San Suu Kyi






1.Posté par fournier le 10/02/2013 20:13
bravo pour ton article tres emouvant sur son sejour en coree du nord et ce recueillement hautement symbolique

2.Posté par Pierre MARTIAL le 10/02/2013 20:37
Merci de tout coeur!

Nouveau commentaire :


Birmanie news: le fil info permanent


© Alan Dub/France Aung San Suu Kyi


Faire une recherche sur le site


Recommandez-nous à vos amis

Qui sommes-nous?



Rejoignez-nous sur Facebook